SYSTEMA

 

      Bienvenue,

 

      Le Systema est un Art Martial Russe qui comprend un ensemble d’exercices et de mouvements sans technique préétablie. Il consiste à agir correctement dans des situations de danger réel.

 

      Le style est libre, sans règle stricte autre que morale visant à augmenter la force, la vitalité et la santé. Il est basé sur les réactions instinctives de chacun. L’entraînement est conçu pour éviter les blessures tout en recherchant une efficacité maximale.

 

      L’enseignement est ludique, basé sur la créativité.

 

      Ce qui nous arrive dans la vie nous permet de savoir qui l’on est et notre pratique façonne notre comportement.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

SHAOLIN & WUDANG

 

      Bienvenue,

 

      Le Bouddhisme repose sur les lois de causalité et d’impermanence. Chacun crée son propre destin.

 

      Les effets sont attachés à leurs causes comme les arbres à leurs racines.

 

      Le monastère de Shaolin est situé en Chine sur le mont Song. Les moines bouddhistes y pratiquent les Arts Martiaux tous les jours.

 

      Les Arts Martiaux du Mont Wudang sont eux considérés comme le berceau des Arts Martiaux Taoïstes.

 

      Les pratiquants apprennent à gérer leur peur et à trouver dans le combat une solution sans blesser l’autre.

 

      La vie est généreuse pour celui qui sait la respecter.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

LAO TSEU

 

      Bienvenue,

 

      À 60 ans, Lao Tseu parcourt la Chine vers l’ouest sur un buffle. Arrivé à la frontière il rédige le « Livre de la Voie et de la Vertu ».

 

      Le Taoïsme est basé sur le contrôle de la pensée, la recherche d’un bonheur simple et l’observation de la nature.

 

      Face à l’adversité les pratiquants d’Arts Martiaux apprennent à s’adapter. Les nuages finissent toujours par se dissiper…

 

      Quelle que soit la vérité inscrite sur une tablette, rien ne remplace l’expérience acquise au long d’une vie.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

CONFUCIUS

 

      Bienvenue,

 

      Les Arts Martiaux se sont imprégnés des grands courants philosophiques : Bouddhisme, Confucianisme, Shintoïsme, Taoïsme…

 

      Confucius prône l’effort comme un principe moral et une raison à l’action.

 

      Pour lui l’harmonie sociale ne peut se réaliser que si l’homme cultive la loyauté, l’amour familial et le sens de la justice.

 

      Cette recherche de l’amélioration constante permet d’avoir des pensées justes, de vouloir s’entraîner tous les jours et de faire profiter les autres de ses connaissances.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

PATIENCE

 

      Bienvenue,

 

      Au Japon on n’expose les peintures de paysages que durant les saisons qui leur correspondent.

 

 

Creuse un trou pour ton étang

 

Sans attendre la lune.

 

Lorsque l’étang sera achevé,

 

La lune viendra d’elle-même.

 

Doggen

`

 

 

      L’observation de la nature libère des tensions.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

RÉALITÉ

 

      Bienvenue,

 

      Gichin Funakoshi aimait à répéter : « La montagne ne rit pas de la rivière parce qu’elle est petite et la rivière pas de la montagne parce qu’elle ne peut bouger. Chacun a ses propres caractéristiques et sa position dans la vie. »

 

      Si vous assistiez à un cours où chacun travaille le même Kata pendant une heure, seriez-vous capable de distinguer les ceintures noires, le professeur et les débutants ?

 

      Walt Disney disait : « Si nous avons le courage de les poursuivre, tous les rêves deviennent réalité. »

 

      Faisons le rêve que les recherches actuelles aboutissent à un vaccin. En attendant prenez soin de vous, soyez prudents et profitez du beau temps.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

PRINCIPES

 

      Bienvenue,

 

      En 1920, Jigoro KANO déclare : « Avoir la capacité de surmonter les difficultés, savoir résister, être patient, agir avec honneur et faire toujours preuve d’intégrité sont les valeurs les plus estimables qui soient. Je voudrais que ceux qui font du judo honorent cet esprit samouraï. »

 

      Grâce à un travail quotidien on a confiance en son destin.

 

 

      – À partir d’une technique bien comprise on peut découvrir toutes les autres.

 

      – Pour aller très vite, il faut apprendre à aller très lentement.

 

      – L’inspiration ne doit ni se voir, ni s’entendre.

 

 

 

      Un vieux proverbe français dit : « Ce que tu fais te fais. »

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

SUBTILITÉ

 

      Bienvenue,

 

      Pour désigner la neige, les Inuits utilisent des mots différents : qanik pour la neige qui tombe, quanittaq si elle est fraîchement tombée, stitilluqaaq pour la neige durcie après une tempête, maujacq quand on s’enfonce dedans, illusaq si on peut en faire un igloo…

 

      Il en est de même pour la dénomination des techniques martiales qui peuvent avoir des noms poétiques très différents, permettant d’en révéler la subtilité ou de cacher des manières de pratiquer.

 

      La floraison très courte du Sakura symbolise le caractère éphémère de la vie et permet de s’arrêter pour développer sa sensibilité à la beauté.

 

      Sur les estampes japonaises les samouraïs sont représentés en train de loucher ce qui permettait, en cas de danger, de couper court à toute émotion. Regardez en l’air et bougez latéralement les yeux.

 

      Vous pouvez aussi jouer aux échecs pour apprendre la stratégie du combat et savoir jauger le niveau de celui qui est en face de vous.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

SAKURA

 

      Bienvenue,

 

      Le Sakura est le cerisier ornemental du Japon.

 

      La fleur du cerisier Yoshino est d’un blanc pur teinté de rose pâle au niveau de sa tige. Ses pétales se dispersent une semaine avant que ses feuilles n’apparaissent.

 

      La floraison très courte du Sakura symbolise le caractère éphémère de la vie et permet de s’arrêter pour développer sa sensibilité à la beauté.

 

      Le Sakura représente le courage du Samouraï qui ne craint pas la mort. Pour certains Japonais, l’âme des guerriers tombés au combat se réincarne en sa fleur.

 

      Il symbolise le printemps et protège, le temps d’un regard, le sacré en chacun de nous.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

MIYAMOTO MUSASHI

 

      Bienvenue,

 

      Miyamoto Musashi explique que ceux qui veulent connaître sa tactique doivent comprendre les principes qui permettent de ne rien regretter de ce que l’on va réaliser.

 

      On peut lire dans  »La Pierre et le Sabre » d’Eiji Yoshikawa : « Les gens parlent de combiner la Voie de la Connaissance avec la Voie du samouraï, mais, combinées comme il faut, elles ne sont pas deux… elles sont une. »

 

      Dans la  »La Parfaite Lumière » Eiji Yoshikawa écrit : « Le sabre devait être beaucoup plus qu’une simple arme ; il devait être une réponse aux questions existentielles. »

 

      Peut-être que la Voie du samouraï est de ne faire qu’un avec l’univers ?

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

DISCERNEMENT

 

      Bienvenue,

 

      Qui a écrit ?

 

 

      1 – Discerner le vrai et le juste.

 

      2 – Mettre la science en pratique.

 

      3 – Embrasser tous les arts.

 

      4 – Embrasser tous les métiers.

 

      5 – Comprendre les aspects positifs et négatifs de chaque chose.

 

      6 – Apprendre à voir chaque élément avec précision.

 

      7 – Saisir d’instinct ce que l’on ne voit pas.

 

      8 – Prêter attention au moindre détail.

 

      9 – Ne rien faire d’inutile.

 

 

      Au Japon, le prunier fleurit dans la période la plus froide et symbolise les difficultés que l’on arrive à surmonter.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

LE SABRE

 

      Bienvenue,

 

      Le sage s’éloigne toujours des lieux de combat. Chaque jour il s’entraine au sabre et sa lame sert à préserver la paix.

 

      Pour comprendre le sabre il faut savoir le nettoyer.

 

 

      – Le cœur de la lame doit être souple mais son tranchant dur.

 

      – L’âme du sabre prend forme quand le feu donne à la lame la couleur du soleil levant.

 

      – Pour polir la lame, il faut s’asseoir correctement et bien choisir les différentes pierres à aiguiser.

 

      – Celui qui tient le marteau donne à la lame sa forme et sa trempe.

 

      – On récite au Japon un sûtra pour que la lame soit bienfaisante.

 

      – L’esprit du sabre est la loyauté.

 

 

      Le fourreau d’un sabre de Samouraï est sobrement décoré à l’extérieur et richement décoré à l’intérieur.

 

      Les a priori sont comme des bottes trop lourdes, il ne faut pas les garder longtemps.

 

      En synchronisant ainsi la marche et la respiration vous récupérerez plus vite et vous vous sentirez beaucoup moins fatigués.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

LA MARCHE

 

      Bienvenue,

 

      Selon Hippocrate : « La marche est le meilleur remède pour l’homme. »

 

      Les habitants du désert utilisent une marche particulière comprenant un rythme défini.

 

      En marchant sur terrain plat :

 

 

      – inspirez par le nez sur les 3 premiers pas,

 

      – restez en apnée pleine sur le 4e,

 

      – expirez sur les 5e, 6e et 7e,

 

      – restez en apnée vide sur le 8e.

 

 

      Recommencez ce cycle autant de fois que vous le voulez.

 

      Sur les terrains montants inspirez sur les 2 premiers pas et expirez sur les 2 autres, suivez ce rythme tout au long de l’ascension.

 

      Sur les terrains descendants inspirez sur les 4 premiers pas et expirez sur les 6 suivants.

 

      En synchronisant ainsi la marche et la respiration vous récupérerez plus vite et vous vous sentirez beaucoup moins fatigués.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

MENPÕ

 

      Bienvenue,

 

      Le Menpō est une armure faciale qui couvrait tout ou partie du visage du Samouraï permettant de renforcer la protection de son casque. Certains étaient laqués et ornés de moustaches, de dents ou d’un nez.

 

      On porte des masques au carnaval et au théâtre sur tous les continents.

 

      Confectionnez un masque, décorez-le, entraînez-vous avec puis notez vos sensations.

 

      Vous pouvez aussi en fabriquer un pour sortir le 11 mai. 

 

      Vérifiez sa respirabilité et son pouvoir filtrant.

 

      Portez-le, placez une bougie devant vous et soufflez sur la flamme. Si la flamme s’éteint c’est que le masque ne vous protège pas. Si la flamme ne bouge pas c’est que vous risquez de mal respirer. Il faut donc, qu’en soufflant sur la bougie, la flamme vacille légèrement sans s’éteindre.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

KOGATANA & KOZUKA

 

      Bienvenue,

 

      Le Kogatana ou petit sabre est un couteau d’une vingtaine de centimètres conçu pour être équipé d’un Kozuka. Il est porté sur le côté du fourreau d’un Katana ou d’un Tanto.

 

      Le Kozuka ou poignée est décoré de divers motifs liés à la nature ou inspirés d’évènements historiques célèbres.

 

      On s’en servait pour se défendre ou surprendre un adversaire. On pouvait l’utiliser pour couper les aliments et tailler une plume d’oie pour écrire.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

KOGAÏ

 

      Bienvenue,

 

      Le Kogaï est une pique ayant plusieurs utilisations : épingle à cheveux pour le chignon du Samouraï, arme de jet, outil de démontage des armures utilisé aussi au curage des sabots des chevaux.

 

      Les deux trous latéraux présents sur la Tsuba servent respectivement à faire passer le Kogatana et le Kogaï.

 

      Vous pouvez vous fabriquer un Kogaï en bois comme objet de décoration ou comme baguette pour le repas.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

EXERCICE RESPIRATOIRE

 

      Bienvenue,

 

      Prenez un chronomètre, installez-vous dans un endroit calme, asseyez-vous confortablement. Inspirez le plus longtemps possible, sans forcer, en laissant passer un léger filet d’air entre les lèvres.

 

      Il faut faire cet exercice en relâchant les muscles et en n’inspirant que quelques secondes au début. L’expiration doit être plus courte que l’inspiration et se faire tranquillement par la bouche. Regardez le chronomètre pour noter votre temps.

 

      Ne cherchez pas la performance, mais allongez progressivement l’inspiration. Si vous vous en sentez capable, essayez une minute ou plus.

 

      Il faut expirer en détendant bien les épaules avant de commencer ou de recommencer.

 

      Prenez votre temps et fermez les yeux pendant l’exercice. Vous verrez, à la fin, vous serez reposé et en pleine forme.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

HACHIMAKI

 

      Bienvenue,

 

      L’Hachimaki est un bandeau absorbant que les japonais arborent autour de leur tête comme symbole de détermination ou lors d’un travail pénible qui fait transpirer. Il est constitué d’une serviette de coton d’un mètre environ.

 

      On peut inscrire sur le bandeau des mots comme : « Travail », « Courage » ou l’orner d’un rond rouge représentant le soleil.

 

      Ce bandeau est parfois utilisé par les pratiquants d’Arts Martiaux, les manifestants et par de nombreux corps de métier comme les charpentiers ou les cuisiniers. Les étudiants ou les salariés dans les entreprises le portent pour se donner du cœur à l’ouvrage…

 

      En France, un bandeau constitué d’une fine couche de lin recouvre les yeux de Thémis qui représente la justice et l’ordre établi. En grec, Thémis signifie « loi divine ». Son équivalent dans la mythologie romaine est Justitia.

 

      La Justice se doit d’être rendue sans faveur ni parti pris, indépendamment de la puissance ou de la faiblesse de l’accusé.

 

      Les deux yeux sont initialement associés à Tyché, déesse grecque du destin, puis repris par son équivalent romain Fortuna, déesse de la chance. Les premières pièces de monnaie frappées dans la Rome antique montraient la déesse Justitia tenant le glaive et la balance, avec pour la première fois les yeux bandés.

 

      Vous pouvez acheter des bandeaux sur internet. Dessinez dessus ou écrivez une pensée et mettez-le quand vous faites la cuisine, quand vous lisez ou quand vous faites des exercices d’étirement… Vous pouvez aussi le placer sur vos yeux et faire des techniques dans le vide sans rien casser.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

CHONMAGE

 

      Bienvenue,

 

      Le Chonmage, est une coiffure traditionnelle japonaise portée par les hommes, associée à l’époque Edo.

 

      Elle est, à l’origine, un moyen pour le samouraï de tenir pendant la bataille son casque stable au sommet de sa tête. Puis elle devient un symbole de statut dans la société japonaise.

 

      Le Chonmage présente une patte rasée. Le reste des cheveux, gardés longs, est huilé et attaché en une petite queue repliée sur la partie supérieure de la tête en un chignon caractéristique.

 

      De nos jours, les lutteurs de sumo portent encore le Chonmage.

 

      Le port du chignon placé au sommet du crâne ou sur l’arrière de la tête redevient à la mode pour les hommes.

 

      Notre coiffure représenterait-elle l’identité que nous voulons laisser percevoir ?

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

RÉPONSE

 

      Bienvenue,

 

      Le poème a été écrit par l’empereur du Japon Hirohito en 1946.

 

      L’empereur Hirohito meurt au palais impérial le 7 janvier 1989. Son fils, le prince Akihito lui succède et « l’ère Shōwa » prend fin, remplacée par « l’ère Heisei » qui signifie « l’accomplissement de la paix ».

 

      « L’ère Heisei » cède la place à « l’ère Reiwa ». « Rei » veut dire « agréable » ou « ordre » et « Wa » peut se traduire par « harmonie » ou « paix ».

 

      Après l’abdication de l’empereur Akihito, le prince Naruhito devient le 126e empereur du Japon.

 

      Pour comprendre un pays il faut étudier son histoire.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

DEVINETTE

 

      Bienvenue,

 

      Qui a écrit ce poème et en qu’elle année ?

 

 

            Sois valeureux et fidèle comme les pins,

 

            Qui ne changent pas de couleur

 

            Même quand la neige

 

            Fait ployer leurs branches jusqu’à terre.

 

 

      Vous avez jusqu’à demain 9 heures pour trouver.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

NATURE

 

      Bienvenue,

 

      La nature tient une place prépondérante dans l’esprit des japonais. Dans certaines auberges, les chambres portent le nom d’une plante ou d’une fleur. Le pin désigne la pièce centrale, le bambou la cuisine, les fleurs de cerisier la chambre…

 

      La nature est un élément du bien-être et de la santé. De nombreux hôtels possèdent leur eau thermale. Le « Furo » ou bain d’eau chaude et de vapeur est une institution au Japon.

 

      Il existe une cérémonie qui consiste à déposer tous les ans le long d’un fleuve de petites lanternes carrées dont le fond en bois à la forme d’une barque. On y dépose une chandelle et un carton avec le nom des défunts. Alors, toute la population chemine le long du fleuve en suivant ces petites barques et chacun fait un vœu en observant la magnificence de la nature.

 

      Il y a en Touraine une véritable tradition des parcs et jardins avec des plans d’eau magnifiques. Des fleuves majestueux parcourent cette Touraine que l’on nomme « le jardin de la France ».

 

      Amusez-vous à donner à toutes les pièces de votre maison un nom d’arbre ou de fleur de votre région.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

CARACTÉRISTIQUES DE LA LANGUE JAPONAISE

 

      Bienvenue,

 

      Il n’existe pas de mot dans la langue japonaise pour insulter l’ennemi. Le dictionnaire est un manuel de subtilité. On n’exprime que le présent et celui-ci se fond avec le futur.

 

      La langue japonaise a ses spécificités. Le mot « oui » n’engage à rien et veut dire : « nous verrons… » Si vous offrez un plat et que vous demandez : « Voulez-vous en reprendre ? » On peut vous répondre : « Hai ! » qui veut dire « Oui ! » et en même temps il faut comprendre : « Oui, je n’en reprendrai pas ! »

 

      Les japonais utilisent des signes appelés « Kanjis » pour écrire. Chaque « Kanji » représente un mot. On assemble aussi des signes pour former un nouveau mot.

 

      On trace les traits en japonais dans un ordre précis.

 

 

      – De manière générale, le kanji doit tenir dans un carré.

 

      – Les caractères s’écrivent de gauche à droite, en descendant et du haut vers le bas.

 

      – Quand on crée un caractère qui entoure un autre, la ligne qui enferme le caractère est la dernière.

 

      – On dessine en dernier la barre qui coupe le caractère.

 

 

      Entraînez-vous à écrire en japonais : « Arts Martiaux », « Judo », « Entraide et prospérité mutuelle »…

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

PARTICULARITÉS

 

      Bienvenue,

 

      Les japonais ne boivent jamais un thé fait de la veille. Ils ne versent pas d’eau chaude dans de l’eau froide. Ils ne se passent aucun aliment de baguette à baguette.

 

      En 1957, la Minaguchi-Ya fut choisie pour héberger l’empereur et l’impératrice du Japon quand ils se rendraient à Shizuoka pour inaugurer les Jeux nationaux d’athlétisme. Les fonctionnaires de la santé ordonnèrent de désinfecter à l’alcool les poignées de porte, les interrupteurs, les robinets… Par ordre des autorités sanitaires, les plats étaient recouverts de serviettes immaculées et les femmes qui en étaient chargées devaient porter des masques de chirurgien. Le lendemain on apporta à l’empereur les journaux de Tokyo, mais avant de les lui remettre ils avaient été stérilisés à la vapeur au moyen d’une solution désinfectante…

 

      Il y a 63 ans, les japonais avait déjà compris les règles de prévention pour éviter la diffusion des virus.

 

      Quand on demanda au Maître Rikyu quel était le secret de son art, il répondit : « En hiver, arrange ta chambre de manière qu’elle paraisse chaude ; en été, donne-lui un air de fraîcheur. Fais bouillir l’eau convenablement et donne au thé une saveur agréable. »

 

      Redécouvrons les recettes de nos anciens, le bon sens paysan, la sagesse des soignants. Développons nos particularités et respectons les règles d’hygiène élémentaire pour la bonne santé de chacun.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

SIKATA GA NAI

 

      Bienvenue,

 

      Pour comprendre l’expression « Sikata ga nai », il faut définir le mot « Jiriki » que l’on peut traduire par « Auto-suffisance » et le mot « Gaman » qui signifie « Patience ou endurance ».

 

      « Sikata ga nai » reflète une attitude respectueuse vis-à-vis de la vie et veut dire : « Il n’y a rien à faire… » Cet enseignement consiste à ne pas créer d’ennuis aux autres, à ne pas les tracasser, à leur donner du courage alors même que nous souffrons.

 

      Voilà pourquoi vous pouvez voir certains japonais sourire aux enterrements. La douleur est vive mais ils ne veulent imposer leur deuil à personne.

 

      L’intransmissible ne saurait être montré et c’est en acceptant l’inévitable avec le plus de noblesse possible que l’on traverse les difficultés. Dans les maisons japonaises, au lieu de dire « entrez », on dit « montez » même si la demeure n’a pas de perron.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

SIGLE

 

      Bienvenue,

 

      Les sigles sont des abréviations utilisées par tous les corps de métier. Dans les Arts Martiaux le sigle est révélateur d’une recherche d’efficacité qui donne accès à une compréhension commune immédiate.

 

      Je vous propose quelques sigles.

 

NPAP : Ne Pas Avoir Peur

 

OODA : Observation Orientation Décision Action*

 

PA : Point d’Appui

 

RAS : Rien À Signaler

 

RAA : Réflexion Adaptation Anticipation

 

SFM : Sans Faire Mal

 

      Créez vos propres sigles, ne donnez que vos initiales puis demandez à votre entourage de deviner le groupe de mots.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

      * Concept inventé par le pilote de chasse John Boyd de l’United States Air Force en 1960

 

 

PROCÉDÉS D’ENTRAÎNEMENT

 

      Bienvenue,

 

      Je vous propose quelques définitions des procédés d’entraînement du Judo. L’action répétitive des techniques est destinée à entretenir et développer la forme acquise

 

      – Tandoku renshyu : c’est un entraînement éducatif solitaire qui développe la concentration et la représentation mentale tout en améliorant l’équilibre.

 

      – Sotaï renshyu : c’est l’étude technique souple avec un partenaire qui chute sans résister si l’attaque portée lui paraît bonne. Rien ne vous empêche de remplacer ce partenaire par un oreiller ou votre haut de judogi…

 

      – Uchi komi : c’est la répétition d’attaques sur un partenaire statique. Il faut faire le plus de répétitions dans le temps le plus court possible sans aller jusqu’à le faire tomber. Tori se contente à chaque fois de faire l’entrée et la mise en déséquilibre avant de revenir à son point de départ. On peut accrocher une ceinture à un endroit solide et s’entraîner en intégrant des temps de récupération.

 

      – Kakari geiko : c’est porter des attaques à fond tandis que le partenaire se défend du mieux possible en cherchant à les esquiver. Prenez un élastique que vous fixez à la poignée d’une porte et placez-vous à des distances différentes pour travailler en fonction de vos objectifs

 

      – Nage Komi : c’est la répétition des projections. Elle peut se faire en statique ou en déplacement. Confectionnez un mannequin avec un vieux drap pour remplacer le partenaire.

 

      – Yaku soku geiko : c’est un exercice où les partenaires pratiquent un déplacement libre, avec un même esprit d’entraide et de recherche des opportunités techniques. Cette forme d’entraînement améliore la vitesse d’exécution, l’efficacité et les réflexes. Prenez un ballon et appliquez…

 

      – Randori : les deux partenaires travaillent dans une totale liberté d’esprit et de corps, sans l’appréhension d’être projeté ou de perdre, en attaquant le plus vite et le plus souvent possible. Cet exercice permet de travailler l’endurance et la résistance. Prenez un élastique, une fois en déséquilibre relâchez l’élastique doucement et suivez-le.

 

      – Shiaï : c’est la compétition où l’objectif est de vérifier si le travail acquis permet d’être efficace. Vous testez votre capacité d’adaptation. Fermez les yeux après avoir bien observé les alentours, faites un combat sans les ouvrir pendant deux minutes en imaginant un adversaire, en l’occurrence tout ce qui est autour de vous.

 

      – Kata : ce sont des mouvements arrangés en séries immuables, où le rôle des deux partenaires est défini et sert de cadre à la recherche ainsi qu’à la progression. Le moindre geste, déplacement, intention, rythme est codifié. Jouez les deux rôles alternativement.

 

      – Mondo : c’est un exercice de questions et de réponses qui développe la connaissance culturelle, l’analyse cognitive et didactique du Judo. Posez-vous des questions sur l’histoire du Judo et cherchez sur internet les réponses.

 

      Nous saurons toujours nous adapter à de nouvelles formes de pratique. « Connaître ce qui est ancien, c’est savoir le rénover. » dit un proverbe japonais.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

SANTÉ

 

      Bienvenue,

 

      Quand j’ai commencé la pratique des Arts Martiaux on m’a demandé pourquoi ? J’ai répondu de façon naturelle : « Pour la santé ! » Je n’ai depuis jamais cessé d’être convaincu que le secret de l’efficacité réside dans la santé au sens large du terme.

 

      Dans ‘‘Épidémies’’, Hippocrate écrit : « Être utile, ou au moins ne pas nuire ».

 

      Je vais vous parler du cycle de production et du cycle de contrôle selon la « Théorie des 5 éléments ». Il existe deux autres cycles : le cycle de protection et le cycle de fusion. N’oubliez pas ce n’est qu’une théorie…

 

      – Cycle de production

 

Le bois alimente le feu.

 

Le feu enrichit la terre.

 

La terre contient le métal.

 

Le métal produit l’eau.

 

L’eau fait pousser le bois.

 

      – Cycle de contrôle

 

Le bois appauvrit la terre.

 

La terre absorbe l’eau.

 

L’eau éteint le feu.

 

Le feu fait fondre le métal.

 

Le métal fend le bois.

 

      Quand je travaille l’élément bois je fais le « Mai Hoa Quyền » et je cherche à comprendre quels effets cela peut avoir sur la vésicule biliaire et le foie.

 

      Quand je travaille l’élément feu je fais le « Tây Sơn Nhạn Quyền Pháp » pour vérifier l’impact sur le cœur et l’intestin grêle.

 

      Quand je travaille l’élément terre je fais le « Song Kiếm Toàn Quyền » pour renforcer l’estomac, la rate et le pancréas.

 

      Quand je travaille l’élément métal je fais le « Song Chùy Thiết Tuyến Quyền » et j’analyse les changements sur les poumons et le gros intestin. Est-ce que je respire mieux ou est-ce que cela améliore ma digestion ?

 

      Quand je travaille l’élément eau je fais le « Song Hổ Di Hành Quyền » pour travailler sur la vessie et les reins.

 

      Quand je travaille la respiration je fais le « Hổ Nhạn Tranh Hùng Quyền ».

 

      Quand je travaille sur la vitalité je fais le « Thất Truyền Quyền ».

 

      Quand je travaille sur la circulation de l’énergie je fais le Tandoku Renshu du « Seiryoku Zenyo Kokumin Taiiku No Kata ».

 

      Ces enchaînements codifiés par les Maîtres d’Arts Martiaux je les fais tous les jours et j’en ressens les effets.

 

      La posture prépare à l’action disent les sages. En situation de crise sanitaire on cherche et on trouve. Expérimentons, vérifions, analysons et si quelque chose peut soulager vos angoisses ou vos douleurs ne vous en privez pas.

 

      « Considère le petit comme le grand, et le peu comme beaucoup. » confiait Lao Tseu à ses interlocuteurs.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

EXERCICE PHYSIQUE NATIONAL BASÉ SUR LE PRINCIPE DU MAXIMUM D’EFFICACITÉ

 

      Bienvenue,

      Jigoro Kano a créé le « Seiryoku Zenyo Kokumin Taiiku No Kata » qui comprend deux parties et que l’on peut traduire par « Exercice physique national basé sur le principe du maximum d’efficacité ».

 

      C’est une gymnastique de santé qui s’adresse aussi bien au physique qu’au mental. Comme dans l’auberge Espagnole vous y trouvez ce que vous y mettez.

 

      La première partie consiste en des répétitions, seul, à droite et à gauche de 80 techniques. Il y a un exercice particulier du Kata qu’on dénomme « Kagami Migaki » consistant à polir un miroir symbolique. Ce que l’on voit dans un miroir propre nous donne le reflet d’une réalité plus objective.

 

      La seconde partie se pratique avec partenaire et se décompose elle-même en « Kime Shiki » ou « Formes de décision » comprenant 5 techniques en position agenouillée enchaîné avec 5 autres techniques en position debout et du « Ju Shiki » ou « Formes de la souplesse » consistant en une sélection de 10 techniques extraites du « Ju no Kata ».

 

      Le « Seiryoku Zenyo Kokumin Taiiku No Kata » est un véritable trésor. On parle actuellement beaucoup d’immunité… Et si la pratique du « Seiryoku Zenyo Kokumin Taiiku No Kata » participait à renforcer et à équilibrer notre système immunitaire ?

 

      La première partie est très intéressante parce que c’est une pratique solitaire qui nécessite peu de place, pas de tatamis et développe l’harmonie intérieure. Rien ne vous empêche de faire la deuxième partie sans partenaire… Comprendre c’est s’adapter.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

TRANSMISSION

 

      Bienvenue,

 

      Maître Châu PHAN TOAN, Ceinture Noire 8e Dan, a non seulement transmis une connaissance martiale et humaine mais aussi l’esprit des Maîtres qui l’ont précédé.

 

      Voici l’explication qu’il m’a donnée du « Thất Truyền Quyền » de l’école Tây Sơn Võ Đạo. « Thất Truyền Quyền » est un jeu de mots qui signifie « La forme des 7 directions » ou « La transmission perdue ». « Tryuên » peut se traduire par « transmission » ou « perdre » et « Thât » par « 7 ».

 

      « Quand il ne reste plus rien, il reste l’honneur et l’attitude. » enseignaient les Maîtres à leurs élèves.

 

      Le Bài Quyền est composé de 36 mouvements respiratoires qui dessinent au sol une étoile à 7 branches. L’exécution normale est lente ou rapide, empreinte de noblesse et de dignité. Il s’agit d’un Quyền court, succinct, dit « d’attitude ». Cette attitude doit rester fière et digne même devant la mort, insistant sur le travail mental qui ne doit jamais faiblir.

 

      L’étoile à 7 branches enseigne une leçon qui est toujours d’actualité : quand on a tout perdu, y compris son pays, on peut encore et encore recommencer ailleurs en allant dans 7 directions. On ne doit jamais se retourner sur la 8e, celle du regret…

 

      J’ai fait des recherches sur les devises militaires françaises. Celle du 1er régiment de hussards parachutistes est : « Si tu as tout perdu, souviens-toi qu’il te reste l’honneur* ! » La tradition des valeurs est inscrite dans la mémoire des peuples. Nous sommes dépositaires du courage de nos anciens : ils nous ont ouvert la Voie pour surmonter les obstacles.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

      * « Omnia si perdas, famam servare memento ! »

 

 

 

CÉRÉMONIE DU THÉ

 

      Bienvenue,

 

      Au Japon, la cérémonie du thé se déroule dans une petite maison située dans un jardin et peut durer d’une à cinq heures. Son enseignement est un art qui comprend : l’étude des différents types de thé, la calligraphie, les arrangements floraux, les céramiques, l’encens, le port du kimono…

 

      Le samouraï recherchait les quatre vertus du thé : sérénité, respect, paix et pureté. On le buvait pour soigner certaines maladies et par plaisir.

 

      On se sert d’un carré de soie pour manipuler le couvercle, d’une longue louche en bambou, d’un bol choisi selon la saison ou les circonstances, d’une boîte à thé, d’un fouet en bambou…

 

      Le placement des tatamis détermine la façon de marcher à travers la salle de thé. Chaque ustensile est nettoyé dans un ordre déterminé en présence des invités qui parlent peu pour apprécier l’atmosphère créée par les sons de l’eau ou du feu, l’odeur de l’encens et les décorations saisonnières.

 

      Invités et hôte sont assis sur le sol à genoux sur les talons, le pouce de la main droite glissé entre le pouce et l’index de la main gauche.

 

      On mange des produits frais de saison, préparés de manière à mettre en valeur leur goût et leur odeur.

 

      On recherche la beauté dans des choses simples, éphémères. On accepte l’irréversibilité du temps qui passe face aux phénomènes naturels. On apprécie le présent et l’on savoure ce thé au goût unique.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

      Bienvenue,

 

      Eiji YOSHIKAWA écrivait dans « LA PIERRE ET LE SABRE » : « Un livre de cuisine ne supprimera pas votre faim. », c’est certain mais il peut vous aider à bien cuisiner… Voici donc quelques livres qui sont des passerelles et un accès à la connaissance.

 

      Nicolae Gothard BIALOKUR, « Découvrir l’AIKIDO », Éditions Amphora S.A., Paris, 1992.

 

      Thomas CLEARY, « La voie du samouraï ⁓ Pratiques de la stratégie au Japon », Éditions du Seuil (collection Sagesses), Paris, 1992.

 

      Pierre DELORME, « Dōjō ⁓ le Temple du Sabre », Éditions Budostore, Paris, 1994.

 

      Patrick DENAUD, « KALARIPAYAT ⁓ L’origine des arts martiaux », Éditions Budostore, Paris, 1996.

 

      Armel GUERNE, « Lao Tseu ⁓ TAO TÊ KING », Le club français du livre, 1963

 

      Roland HABERSETZER, « Les Paladins du Soleil Levant ronin et samouraï célèbres », Éditions Amphora S.A., Paris, 1988.

 

      Tadao INOGAI & Roland HABERSETZER, « JUDO KATA ⁓ Les formes classiques du Kodokan », Éditions Amphora S.A., Paris, 1992.

 

      Jean-Lucien JAZARIN, « Le Judo École de Vie », Éditions BUDOSTORE, Paris, 1995.

 

      Peter LEWIS, « LES ARTS MARTIAUX », 1992 Édition Minerva SA, Genève – Paris.

 

      Xavier MANIGUET, « SURVIVRE ⁓ Comment vaincre en milieu hostile », Éditions Albin Michel, Paris, 1988.

 

      Erle MONTAIGNE et Wally SIMPSON, « Encyclopédie du Dim-Mak ⁓ L’art des points vitaux selon la tradition chinoise », Budo Éditions, 2002.

 

      Châu PHAN TOAN, « Les secrets du Việt Võ Đạo », Éditions C.I.G. – 30, rue Saint Yves, 75014 Paris, 1994.

 

      Châu PHAN TOAN, « L’Essentiel du Võ Đạo », Éditions Chiron, Paris, 1999.

 

      Châu PHAN TOAN, « SECRETS DES ARMES ASIATIQUES TRADITIONNELLES », Éditions Chiron, Paris, 2001.

 

      Châu PHAN TOAN, « Võ Đạo ⁓ Arts Martiaux Vietnamiens Traditionnels », Budo Éditions, Noisy-sur-École, 2016.

 

      Henri PLÉE, « CHRONIQUES MARTIALES », Budo Éditions, Noisy-sur-École, 2002.

 

      Henri PLÉE, « L’Art sublime et ultime des Points Vie », Budo Éditions – Les Éditions de L’Éveil, Noisy-sur-École, 2004.

 

      Henri PLÉE, Fujita SAIKÔ, « L’Art Sublime et Ultime des Points Vitaux », Budo Éditions, Noisy-sur-Ecole, 1998.

 

      Peijian SHEN, « MASSAGE ANTI-DOULEUR », Le Courrier du Livre, Paris, 1996.

 

      Kenji TOKITSU, « La voie du Karaté ⁓ Pour une théorie des arts martiaux japonais », Éditions du Seuil (collection Sagesses), Paris, 1979.

 

      Eiji YOSHIKAWA, « LA PARFAITE LUMIÈRE », Éditions Balland, Saint-Amand-Montrond, 1983.  

 

      Je remercie David, le papa de Manel, qui nous informe que l’on peut trouver en ligne le livre de Jocho Yamamoto « HAGAKURE ⁓ Le livre secret des Samouraïs ».  

 

      Alphonse de LAMARTINE pensait que « Toutes les grandes lectures sont une date dans l’existence. » Alors, lisons…

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

KIAÏ

 

      Bienvenue,

 

      Le Kiaï est le chant du guerrier. Il allie la force à l’élégance, transmet un savoir, se retrouve dans les Arts Martiaux de tous les pays. C’est un langage à lui seul qui véhicule informations et spéculations.

 

      Miyamoto Musashi aurait étourdi un scorpion en poussant un cri inaudible. On disait que le Kiaï pouvait tuer ou donner la vie… Ce qui est certain c’est qu’il effraie, donne de la force ou bloque l’attaque d’un adversaire pendant quelques secondes.

 

      Il peut représenter l’esprit de celui qui le pousse. Il y a le Kiaï d’avant la bataille, le Kiaï de combat et le Kiaï de la victoire.

 

      Le mot « kiaï » est composé de « ki » pouvant signifier « esprit » et de « aï » provenant du verbe « awasu » qui veut dire « unifier ».

 

      Pour pousser un Kiaï il faut que la posture, la concentration et la respiration soient correctes. Il révèle l’intention de celui qui le pousse et peut s’entendre de très loin. Il existe autant de Kiaï que d’individus et un Kiaï unique parce qu’il est silencieux.

 

 

      Poussez le Kiaï est un art. Il faut que la ligne du nez soit dans l’axe du nombril, arrondir les épaules, avoir le dos légèrement vers l’avant, relâcher tous les muscles sauf les mollets… Et, faire partir le Kiaï de l’estomac.

 

 

      Il est utilisé dans les Katas : c’est l’âme du ventre. On dit qu’un aliment quand il cuit à la vapeur douce pousse un Kiaï…

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

INVENTER SON KATA

 

      Bienvenue,

 

      Inventez votre propre Kata. Donnez-lui un titre qui représente votre thème et déterminez de combien mouvements il est composé. Faites un salut dans plusieurs directions. .

      Créez ensuite un poème correspondant aux gestes et aux leçons que vous voulez transmettre.

 

      Pensez au dessin au sol et choisissez la forme que vous voulez : prenez par exemple la première lettre de votre nom.

 

      Déterminez la respiration, les rétentions pleines ou vides et expliquez pourquoi…

 

      Placez vos enchaînements dans un contexte historique : racontez un évènement qui vous a marqué ou l’histoire d’un tournant de votre vie.

 

      Précisez comment il doit être exécuté. Alternez des séquences lentes avec des séquences puissantes ou rapides, des arrêts… Choisissez un mouvement particulier que l’on retrouvera plusieurs fois dans le Kata.

 

      Une fois terminé montrez-le, demandez des conseils et enseignez-le pour le redécouvrir vous-même…

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

ÉDUCATION

 

      Bienvenue,

 

      Il y avait au Japon des écoles pour former les enfants au métier de Samouraï. .

      On y apprenait à lire, on y enseignait la calligraphie, l’astronomie, mais aussi la natation… Les élèves participaient aux tâches quotidiennes et nettoyaient les bâtiments ainsi que les salles de cours. La propreté était la règle.

 

      Il y avait l’enseignement de principes dont l’un était : « Naranu koto ha naranu mono desu ! » que l’on peut traduire par : « Ce qui ne doit pas être ne doit pas être ! »

 

      Ces règles étaient écrites ; en voici quelques-unes :

 

      – Ne jamais mentir,

 

      – Ne jamais agir en lâche,

 

      – Défendre les plus faibles,

 

      – Savoir se tenir dans la rue…

 

      La pratique des Arts Martiaux comprenait l’enseignement de l’équitation, du sabre, de la lance, du tir à l’arc, de l’artillerie, des techniques à mains nues…

 

      La neige ne recouvre pas la connaissance. L’accès à l’efficacité n’est pas sans danger et la formation est l’axe qui nous permet de tenir dans les tempêtes. Une pratique authentique se révèle dans tous les actes de notre vie.

 

      En mars 2011, dans la ville de Sendai au Japon, les habitants qui manquaient de tout retrouvaient sur le seuil de leur porte de l’eau et de la nourriture. En France comme dans tous les pays il y a cette capacité à se serrer les coudes face au danger. L’éducation est la clé de la solidarité et de l’entraide.

 

      Pour les japonais la qualité de ce que contient le bol ne doit avoir d’égal que la qualité du bol lui-même.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

CRÉÉR UN JARDIN JAPONAIS

 

      Bienvenue,

      Créez un jardin japonais d’intérieur… Prenez le en photo et faites partager ! Il ne suffit pas de grand-chose mais de beaucoup d’imagination. Faites ressortir la générosité de la nature.

 

      Vous pouvez créer un jardin paysagé sec en utilisant du bois, des pierres et du sable. Le bois peut évoquer les maisons ou un pont en arc, les pierres des îles ou un chemin pavé, le sable la mer… Prenez un petit râteau que vous pouvez confectionner par vous-même et qui vous permettra de tracer des motifs dans le sable.

 

      Vous pouvez recréer des paysages naturels avec de la mousse, des plantes, des arbustes locaux, de l’eau, du sable et de petits cailloux. Si vous n’avez pas d’idée, essayez de reproduire un bras de la Loire ou du Cher. Ayez le sentiment en le créant d’une fraîcheur unique, d’un panorama à couper le souffle, d’une atmosphère particulière dont vous serez fier.

 

      Vous avez aussi la possibilité de créer un jardin avec des livres et différents objets comme le font les peintres avec les natures mortes. Vous pouvez travailler sur la luminosité, espacer les ombres, alterner des fenêtres rondes ou rectangulaires… Soyez un artisan du vivant !

 

      Faites comme les compagnons votre chef-d’œuvre.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

HAÏKUS

 

      Bienvenue,

 

      Les petits cailloux font les grandes rivières… Un Haïku est comme un pont entre nous et la nature.

      Aujourd’hui comme hier notre jardin intérieur se visite pour mieux apprécier les principes fondamentaux de la vie.

 

« Comme un drapeau
Il flotte semble-t-il
Le soleil d’hiver. »

Aratika Moritake
(1452-1549)

 

« Au milieu du champ
Et libre de toute chose
L’alouette chante. »

Matsuo Bashō
(1644-1694)

 

« De quel arbre en fleur
Je ne sais
Mais quel parfum ! »

Matsuo Bashô
(1644–1694)

 

« De temps en temps
Les nuages nous reposent
De tant regarder la lune. »

Matsuo Bashõ
(1644–1694)

 

« La fraîcheur
J’en fais ma demeure
Et m’assoupis. »

Matsuo Bashõ
(1644–1694)

 

« Le coquelicot blanc
D’une averse hivernale
A fleuri. »

Matsuo Bashō
(1644-1694)

 

« Se couchant d’automne
On dirait
Le pays des ombres. »

Matsuo Bashō
(1644-1694)

 

« Quelqu’un traverse le pont
Les grenouilles
Se taisent. »

Ryoto
(1659-1717

 

« Pluie de printemps
Toute chose
Embellit. »

Chiyo-Ni
(1703-1775)

 

« Le printemps qui s’en va
S’attarde
Dans les derniers cerisiers en fleurs. »

Yosa Buson
(1716-1783)

 

« Le rossignol
Pris pour un moineau
Cela aussi est le printemps. »

Yosa Buson
(1716-1783)

 

« Quand souffle le vent du nord
Les feuilles mortes
Fraternisent au sud. »

Yosa Buson
(1716-1783)

« Rien d’autre aujourd’hui
Que d’aller dans le printemps
Rien de plus. »

Yosa Buson
(1716-1783)

 

« Soir d’automne
Il est un bonheur aussi
Dans la solitude. »

Yosa Buson
(1716-1783)

 

« Le voleur
M’a tout emporté, sauf
La lune qui était à ma fenêtre. »

Ryokan
(1757-1831)

« Tout autour de nous
Le monde n’est plus que
Fleurs de cerisiers. »

Ryokan
(1757-1831)

 

« Couvert de papillons
L’arbre mort
Est en fleurs ! »

Kobayashi Issa
(1763-1828)

 

« Rien qui m’appartienne
Sinon la paix du cœur
Et la fraîcheur de l’air. »

Kobayashi Issa
(1763-1828)

 

« Fût-ce en mille éclats
Elle est toujours là
La lune dans l’eau. »

Ueda Chôshû
(1852-1932)

 

« L’herbe des champs
Libère sous mes semelles
Son parfum. »

Masaoka Shiki
(1866-1909)

 

« Le serpent s’esquiva
Mais le regard qu’il me lança
Resta dans l’herbe. »

Takahama Kyoshi
(1874-1959)

« Que sont ces façons
D’aller voir les fleurs muni
De cette rapière ! »

Takahama Kyoshi
(1874-1959)

 

« Me voici
Là où le bleu de la mer
Est sans limite. »

Taneda Santoka
(1882-1939)

« Rien de plus facile à dire
Ni de plus difficile à faire
Que de lâcher prise. »

Taneda Santoka
(1882-1939)

 

« Gagnant la haute mer
La bise n’a plus
De lieu où revenir. »

Hara Sekitei
(1889-1951)

 

« Manger du raisin
Une grappe après l’autre
Comme une grappe de mots. »

Nakamura Kusatao
(1901-1983)

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

PROVERBES JAPONAIS

 

      Bienvenue,

      Une partie de la sagesse des anciens est transmise par les proverbes. Alors, en voici 11 à savourer sans modération…

      La connaissance est comme un cours d’eau calme qui façonne notre univers d’une richesse éternelle.

 

« Ame futte ji katamaru. »

« La pluie qui tombe, renforce le sol. »

 

« Ashita ha ashita no kaze ga fuku. »

« Demain soufflera le vent de demain. »

 

« Inochi ni sugitaru takara nashi. »

« Il n’existe pas de trésor plus important que la vie. »

 

« Isogaba maware. »

« En se pressant, on tourne en rond. »

 

« Kaze no nakade sodatta ki ha nega tsuyoi. »

« L’arbre qui grandit dans le vent a des racines solides. »

 

« Furukawa ni mizu taezu. »

«; Une vieille rivière ne manque jamais d’eau. »

 

« Nasake ni hamukau yaiba nashi. »

« Il n’y a pas de katana pour s’attaquer à la gentillesse. »

 

« Onore wo tsukushita naru wo matsu. »

« Faites de votre mieux et attendez le résultat. »

 

« Shibashi wo tataite wataru. »

« Frapper un pont de pierre avant de le traverser. »

 

« Tabi wa michidzure. »

« Aucune route n’est longue aux côtés d’un ami. »

 

« Warau kado ni ha fuku kitaru. »

« Le bonheur va vers ceux qui savent rire. »

 

      J’ai une pensée toute particulière pour ceux qui tous les jours sont au service des autres pour améliorer leur quotidien, les soigner ou permettre à notre pays de fonctionner.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

COMPRENDRE ET CRÉÉR

 

      Bienvenue,

      Nous sommes tous capables de méditer, de créer un enchaînement qui nous convient, de rechercher par nous-même des exercices adaptés…

      Expérimentez, soyez créatifs, levez-vous plus tôt que d’habitude, regardez le jour se lever, observez les changements dans la nature.

      Profitez de cette période de réflexion pour prendre soin de vous, pour découvrir la cuisine japonaise par exemple, pour créer un Haïku ou pour dessiner un Dojo entouré de verdure…

      N’oubliez pas les massages du visage, les massages du crâne, les massages par percussion… Répétez doucement des mouvements dans le vide, faites-les dans les 4 directions, refaites-les en dessinant des formes géométriques.

      Cligner des yeux pendant une minute aide à les humidifier, les nettoie, les repose de la lumière et permet de relancer la circulation sanguine.

      La pratique des Arts Martiaux développe la cohérence et donnent une information objective de soi-même.

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER

 

 

ADAPTER SA PRATIQUE

 

      Bienvenue,

      Je pense à vous et je travaille les Arts Martiaux tous les jours. J’ai pu vérifier que cette pratique est un trésor pour la santé. Je prépare des textes que je vous enverrai afin de vous faire partager mes découvertes.

      Travailler les Arts Martiaux pour soi n’a pas grand intérêt si on n’en fait pas profiter ceux que cela peut intéresser. N’oubliez pas de prendre soin de vous d’abord par des exercices respiratoires.

      Aujourd’hui je vous propose 6 de mes devises. Cela m’a aidé à formuler ce que je souhaite. Autorisez-vous à créer les vôtres et si vous le souhaitez faites m’en part.

 

« Que ton entraînement soit ton médicament ! »

« Que ton chemin soit ton vaccin !

« À front commun tout réussit ! »

« La force meurt, l’énergie demeure ! »

« Tout, sauf la peur ! »

 

      Bien à vous.

      Florent PELLETIER